Paul-Utzschneider

Faïencier Sarregueminois

Étiquette : manufactures

La période Paul de Geiger

Paul a eu la direction de la manufacture car son père Alexandre de Geiger lui a cédé après l’annexion de l’Alsace Moselle.  La fabrique emploie à ce moment 1800 ouvriers et elle se classe au premier rang des faïenceries de France tant par la qualité de ses productions que par son chiffre d’affaires.

La période Paul de Geiger

image005

Paul de Geiger

Dès 1859, Paul dirige l’usine numéro 2 de la manufacture, et en 1864 il prend la direction technique des trois usines de la rive gauche de la Sarre. Ensuite, en 1867 qu’il reprend la direction générale.

Lorsqu’il succède à son père, Paul doit faire face aux dures conséquences de la défaite française puis à la nouvelle situation qui en découle car très francophiles, les ouvriers et employés de la faïencerie sont nombreux à émigrer.

Pour réussir à gérer l’augmentation du prix de ses produits qui sont taxés à 15% en France, Paul décide en 1876 de construire une usine sur le territoire français. La construction se fait alors à Digoin en Saône et Loire, cette nouvelle unité de production débutera en 1877.
Un nouvel entrepôt est créé à Vitry-le-François dans la Marne. Les marchandises acheminées par chemin de fer ou par voie fluviale y sont reconditionnées et expédiées à leurs destinataires français.

Plus tard, Paul de Geiger fait construire à Saint-Maurice près de Sceaux, une petite fabrique appelée « Saint-Maurice à Paris ». On y produisait des poêles et aussi des pièces élaborées dans les ateliers de décorations parisiens.
En 1880, commence la production de « céramique du bâtiment ». Ce sera à partir de 1890 que la grande période des panneaux décoratifs commencera. Ceux-ci  vont orner des maisons et des bâtiments de par le monde. Les modèles sont alors produits à Sarreguemines ou à Paris dans l’atelier de la Porte Blanche.

Le 13 juin 1913, l’entreprise n’est plus obligé d’être allemande. C’est donc en ce jour qu’elle se divise en 2 groupes différents : Une société à responsabilité limitée allemande, « La Société Utzschneider et Compagnie » et une société anonyme française, « Les Etablissements céramiques Digoin, Vitry-le-François et Paris ».

Après sa mort

A la mort de Paul de Geiger, les usines de Sarreguemines seront donc dirigées par M. Max Jaunez et M. Joseph Wintergeist (co-directeurs) et M. Joseph Leclerc (partie administrative).

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

La période Alexandre de Geiger

 

Juste après la période Paul Utzschneider qui fut très aboutissante, arriva la période Alexandre de Geiger.

La periode Alexandre de Geiger

adeg

Alexandre de Geiger

En 1836, Alexandre de Geiger succède à son beau-père à la tête de la manufacture. Afin d’agrandir et de moderniser son entreprise, Alexandre s’allie ensuite avec les familles des faïenciers sarrois voisins. Il s’agit des Villeroy de Vaudrevange (Wallerfangen) et les Boch de Mettlach. La nouvelle société qui est créée le 11 juillet 1838 deviendra donc la société « Utzschneider et compagnie ».

C’est ensuite sous les commandes d’Alexandre que la faïencerie prend rapidement une dimension industrielle. Il crée en effet trois usines entre 1858 et 1869. Dans ces usines on utilise des techniques modernes et on élabore des produits nouveaux comme par exemple une faïence dite « opaque ». Vers 1850 sera décorée grâce à un nouveau procédé d’impression utilisant des plaques obtenues par galvanoplastie. Elles sont reproductibles à l’identique et à l’infini, cela vers 1838. Ce procédé est beaucoup moins cher que l’impression à partir de plaques gravées et permet des productions en très grandes quantités. Les objets de luxe comme les grès polis et les faïences lustrées dites Burgos sont abandonnés. Elles sont trop chers à produire et moins à la mode du moment.

Le luxe n’est malgré tout pas délaissé c’est d’ailleurs vers 1855 que des porcelaines de qualité sont produites industriellement. Cela après le rachat des décors et des formes de la fabrique de Fismes (Marne) en 1862 et de l’usine de porcelaine Dubois à Limoges (Vienne) en 1867. Vers les années 1870 commencera la fabrication des « majoliques ». C’est un produit phare de Sarreguemines jusqu’à la Première Guerre mondiale. Sous le Second Empire,  les grès fins « historisants » ou de style rocaille sont à la mode et Sarreguemines en produit alors en grande quantité.

Fin de la période Alexandre de Geiger

Après l’annexion de l’Alsace Moselle, Alexandre conserve la nationalité française, quitte Sarreguemines et laisse la direction de la Faïencerie à son fils Paul. La fabrique emploie à cette période 1800 ouvriers et se classe au premier rang des faïenceries françaises tant par la qualité de ses productions que par son chiffre d’affaires.

Pour plus d’informations, cliquez ici

 

521px_his1864

Les débuts de la période Paul Utzschneider

 

Début de la faïencerie


Dans les années 1970, les frères Nicolas et Augustin Jacoby ainsi que Joseph Fabry installent une poterie dans la petite ville de Sarreguemines. Ils y emploient une vingtaine d’ouvriers. En 1799, Paul Utzschneider rachète les parts d’Augustin Jacoby à sa femme qui est devenue veuve. En 1800, Jacoby se retrouve dans un situation compliquée. La difficulté financière de Jacoby lui fait alors céder ses parts à Fabry et Utzschneider. La petite entreprise faïencière deviendra alors “Fabry Utzschneider et compagnie”.

La période Paul Utzschneider.

utzschneider-2

Portrait de Paul Utzschneider

Grâce à son inventivité ainsi que ses connaissances techniques dans la faïencerie Paul va faire connaitre un essor fulgurant à la petite entreprise “Fabry Utzschneider et compagnie”. Pour cela il sera aidé par le blocus de l’Angleterre qui à cette époque est le premier fournisseur d’Europe.

En 1812, l’usine compte 160 ouvriers et 7 fours à bois. C’est aussi à cette période que la production des grès polis commence. Le grès polis imite les pierres dures ou colorées qui égalent ceux produits par Wedgwood.

C’est également sous la direction de Paul Utzschneider que les nouvelles terres apparaissent comme la terre carmélite tellement fine que l’on appellera « porcelaine rouge » de Sarreguemines. La terre d’Egypte (un grès brun très fin) et la terre de Naples (jaune). En 1828, la faïencerie produit ses tout premiers décors imprimés à partir de gravures sur cuivre. Cela connaitra un fort succès.

En 1836, il confie la direction de la faïencerie à son gendre, le baron Alexandre de Geiger. La manufacture à ce moment compte 300 ouvriers, 3 moulins et 7 fours. Les fours utilisent désormais la houille combustible car la houille est bien plus performante que le bois. L’usine a depuis son début beaucoup évoluer. Paul Utzschneider était vraiment inventif et plein d’idée pour faire grandir sa faïencerie. Son action à la tête de l’entreprise et ses créations lui vaudront la Légion d’Honneur en 1819 et de nombreux prix aux expositions nationales et régionales.

 

 

 

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén